Charles Paolini et ses Contes à dormir debout

facebooktwitterlinkedin

charles

couv-contes-paolini-small“Le Provençal est grave, réfléchi, nous dit Charles Paolini, lorsque nous l’avons rencontré à La Ciotat, mais il est aussi enthousiaste et aime la plaisanterie. C’est sur cette double face que j’ai navigué pendant toute ma carrière de réalisateur pour la télévision et j’ai pu vraiment découvrir de fond en comble la Provence du cœur, la Provence de l’âme, la Provence des traditions. Entre le drame et le sourire, j’ai choisi le sourire cette fois-ci, pour avoir vraiment exploité le drame de l’actualité avec Cinq colonnes à la une et tant d’autres émissions et magazines. Là, je me suis dit qu’il valait mieux rire de tout que pleurer pour un rien.
“C’est ainsi que l’idée des contes de Provence dont nous avons discuté avec mon éditeur Jean Marie Desbois a permis de cadrer l’idée de contes estampillés avec une pointe d’humour – du moins nous l’espérons – et que nous avons appelés les Contes à dormir debout.
“Pourquoi ? Parce que “celui qui dort debout est un sage, dit un proverbe patagon, il est plus près du Ciel.” C’est une pointe d’humour, mais il est vrai que dans toute situation, il y a un côté noir et un côté rose.
“Nous avons donc pu explorer dans ce livre une grande partie des facettes de l’âme provençale et, au cours de 45 anecdotes – 45 contes –, nous avons navigué, je dirais, entre les Hautes-Alpes, les gavots de la Haute-Provence, les Niçois de la Côte d’Azur, jusqu’à Montpellier, et nous avons rencontré, côtoyé, aimé différentes professions qui font encore de nos jours l’âme de la Provence. On a rencontré Momo qui fait dans la lavande et qui tasse à pieds nus la paille de lavande avant traitement. Nous avons évoqué le lavandin avec beaucoup de sourires aussi, celui de la fragance camphrée, les boulangers d’autrefois qui faisaient le pain une fois l’an au Val-d’Arène où, dans le four du village, on cuisait le pain pour tout le monde en une seule fournée.

couv-paolini-tete

“Nous avons rencontré aussi des corailleurs de La Ciotat qui plongeaient à la limite de leurs forces pour ramasser le corail de la Méditerranée.
“En Arles, nous avons évidemment évoqué les confins de la Camargue, le riz, le taureau, cet amour de la nature que l’on a un petit peu piétiné, envahi, mais qui fait quand même que la Camargue a gardé son âme. Arles la Sainte Ville avec ses arènes superbes, la reine d’Arles, l’Arlésienne que l’on ne voit jamais – mais que là on apercevra.
“Ayant bourlingué pendant près de trente ans avec les caméras de France 3 Méditerranée, qui s’appelait France 3 Provence à l’époque, j’ai pu rassembler des anecdotes que nous avons décidé de rendre, sinon immortelles, car qui peut y prétendre, mais du moins pérennes et nostalgiques, sinon souriantes.”

Les 45 histoires de Contes à dormir debout

  • Les étoiles filantes
  • Un siècle de soleil
  • Un poisson grand comme ça !
  • Tourne-vent
  • Touchons du bois
  • Tête bêche
  • Tartarin entarté
  • Rabasse et berlingot
  • Poutargue et lamparo
  • Pigeon vole !
  • Oh, funérailles !
  • Navettes et calissons
  • L’or bleu
  • Lettres de mon moulin d’avant…
  • Les trois glorieuses
  • Les six fêtes

  • Les santons
  • Les moulinaïres
  • Les limaçons
  • Les Festaïres
  • L’ex-voto
  • L’épouvantail
  • Le vire-vire
  • Le vin du vent
  • Le pour et le contre
  • Autour du pot
  • Le pain des anges
  • Le mur du son
  • Le faiseur de pluie
  • Le jardin du curé
  • Le curé qui fait sonner les cloches
  • Le charivari

  • Le certif’ de Noémie Octave Cabasson & Marcel Pagnol
  • Le cadran solaire
  • Le bouilleur de cru
  • Le Bec-figue
  • Le bada
  • L’ail des ours
  • La tuile et le savon
  • À vue de nez
  • La guerre des nougats
  • La confiture de vieux garçon
  • La chèvre de monsieur S.
  • Garrigue
  • On ne plaisante pas avec la rigolade

Sortie des Contes à dormir debout : 28 novembre 2014

Pour commander le livre, cliquez ici.